Thursday, 23 November 2017

Garnier: The State Trial of Becket at Northampton (Anglo-Norman French)

Guernes de Pont-Sainte-Maxence
Vie de saint Thomas Becket
Texte établi par Emmanuel Walberg
Paris, Champion, 1936

Extract from http://txm.ish-lyon.cnrs.fr/bfm/pdf/becket.pdf
Stanzas 267-397
Lines 1461 -1985

Alternatively:
La vie de Saint Thomas le martyr  pp. 51-68
by Guernes, de Pont-Sainte-Maxence,
Edited by Emanuel Walberg (1922) 
Lund C.W.K. Gleerup

Text pp. 51-68
Notes  pp. 244 -
Glossaire pp. 317-

English Translation:
Constitutions of Clarendon: Garnier: The State Trial of Becket at Northampton

293
Nel volt uncore pas li reis a tant suffrir ;
Ainz volt de lui, ço dit, ses acuntes oïr,
Quant sis chanceliers fu, de quanqu’ot a baillir.
L’arcevesque respunt qu’il n’en volt plait tenir :
1465 Jurs ne li ert asis des acuntes furnir.

294
Li reis li a mandé qu’il seit prez l’endemain
De respundre e de rendre sun acunte tut plain.
L’arcevesque respunt, qui n’out pas le quer vain,
N’iert pas reisnables jurs de tenir plait certain.
1470 Li reis jure les oilz venir li covient main.

295
Quant vit que il n’avra l’amur al rei Henri,
As piez lui est chaü, si li cria merci.
[46]
Fait l’a e eshaucié, ço conut e gehi ;
E ço qu’il li ad fait, qu’il ne desface ensi.
1475 « Par les oilz Deu, fait il, or m’avez vus huni. »

296
En l’autre chambre avant s’en est li reis alez,
De maltalent e d’ire e tainz e tressuez.
Les evesques aveit tuz devant sei mandez.
(Sul remist l’arcevesque, cum s’il fust esguarez.)
1480 « Pur les oilz Deu, fait il, dites que m’en loez ?

297
L’arcevesque Thomas ad esté mis servanz ;
Mes rentes ad cuilleites tutes par plusurs anz.
Pur ço qu’est arcevesque n’en volt estre rendanz,
Ne d’acunte ne d’el. Oïr voil voz assanz. »
1485 Nul d’els ne dist un mot ; tuz les trova taisanz.

298
Quant les en vit si muz, mult en fu enflambez.
« Pur les oilz Deu, fait il, ne m’en asenserez ? »
Dunc s’esteit vers l’evesque de Wincestre turnez :
« Sire pere, fait il, e vus que m’en direz ?
1490 Li plus ancïens estes ; asenser nus devez.

299
– Sire, fait li evesques, quant a mei l’avez quis,
Tut ço vus en dirai que mei en est avis.
Ja puis qu’il ert sacrez, n’ert a voz leis suzmis.
Ne vus rendra acunte, s’il fu vostre baillis.
1495 Mult bien vus i guardez, ainz qu’il seit a ço pris. »

300
Dunc par esteit li reis en grant ire muntez,
Quant hum ne li juga tutes ses volentez.
Ariere est en la chambre par mautalent entrez.
Li arcevesques est encontre lui levez ;
1500 Cum ço fust uns garçuns, li est al pié alez.

301
E tuit li autre evesque li sunt chaü as piez.
Pur l’arcevesque prient ; mes ne s’est puint plaisiez.
Quant les vit tuz ensemble entur li arengiez :
« Pur les oilz Deu, fist il, pur quei me hunissiez ?
[47]
1505 Ne fu mais par les suens nuls hum si avilliez. »

302
Or veit li arcevesques altre respit n’avra.
Quant ço vint vers lu seir, a l’ostel s’en ala.
Li mals del flanc le prist, jur e nuit li dura.
Achaisunus en ert, e suvent lui greva ;
1510 Par cel’ire qu’il out, dunc lui renovela.

303
Mais li reis l’endemain pur lui main enveia,
E jure les oilz Deu que sen acunte avra.
Il dit : n’i puet aler, d’anguisse tressua ;
E se Deu plest, ço dit que ses mals tresira,
1515 E qu’il irra a curt, si tost cum il purra.

304
Li reis jure les oilz venir li estovra,
E u il voille u nun ses acuntes rendra.
E cum plus ert malades, de tant plus l’anguissa.
L’arcevesque Thomas encontre li manda :
1520 Pur amur Deu le sueffre, ki tut le mund cria.

305
Quant veit li reis Henris qu’il nel purra aveir,
Quida qu’il se fainsist tut pur lui deceveir.
Dous cuntes enveia pur s’enferté veeir,
Celui de Leïrcestre, qui pris out de saveir,
1525 E cel de Cornewaille, que l’en dient le veir.

306
E quant il vindrent la, virent s’enfermeté.
Dient li que li reis li ad par els mandé
Que il vienge a la curt. Il lur aveit mustré
Que ses mals l’ot la nuit mult durement grevé,
1530 E encore le tint ; mais un poi out sué.

307
E prie lur pur Deu k’il le leissent gesir ;
E se li reis le volt tresqu’al demain suffrir,
Il irra a la curt, si orra sun plaisir.
Ne larra qu’il n’i aut, pur vivre u pur murir ;
1535 Ainz s’i fereit porter e sur biere tenir.

308
De part le rei li unt icel respit duné.
Dient li reis voldra l’endemain par verté
[48]
Ses acuntes oïr ; n’iert pur rien desturné.
– Il i ira, ço dit. E il s’en sunt turné,
1540 Si unt mustré al rei ço qu’il i unt trové.

309
Le jur meesmes puis li fu bien acuintié,
E dui riche barun li unt pur veir nuncié,
Que s’il alout a curt, si ert apareillié
Il ert mis en prisun, ne verra mais sun pié,
1545 U il sera ocis, ne lui ert purluignié.

310
Quant il l’oï, la char l’en prist tute a fremir.
Uns sainz huem li a dit, cui il l’ala gehir,
Que l’endemain matin, quant devra Deu servir,
Qu’il chant de saint Estiefne, le premerain martyr ;
1550 Ja puis ne li purrunt si enemi nuisir.

311
L’endemain se leva li bers en l’ajurnee,
Car l’anguisse li ert de sun mal trespassee.
En grant devotiun cele messe ad chantee,
E a Deu sun seignur ad sa cause mustree,
1555 E pria qu’il le guard de male destinee.

312
Purquant pur cele messe que il dunc celebra,
Li evesques de Lundres, qui pur le rei parla,
Par devant l’apostolie puis l’en acaisuna
E dist pur sorcerie cele messe chanta,
1560 E el despit le rei. Mais le veir trespassa.

313
Mais quant il ot chanté, n’esteit pas despuilliez,
Mais iloec est assis ensi apareilliez.
Pur les evesques ad ses hummes enveiez.
Quant il furent venu, bel les ad araisniez.
1565 « Seignur, fait il a els, pur Deu me conseilliez ;

314
Car li reis est vers mei munté en si grant ire
Que nuls hum ne purreit ne demustrer ne dire
Cum grant mal il me quiert, od le mielz de l’enpire.
Bien savez e veez a quei il tent e tire,
1570 Ne nuls fors Dampnedeus ne m’en puet estre mire.
[49]

315
E pur ço me dut mult, e sui en grant esfrei,
Car jo sai le conseil e le secrei le rei.
Li plus privé de lui le m’unt mustré en fei.
E pur ço voil aler a curt en cest conrei,
1575 E la cruiz en ma main, pur seürté de mei. »

316
Dunc respunt li uns d’els, qui rien ne s’en desheite
E le conseil le rei e aguise e receite :
« Sire, que volez faire ? Ne freez si grant freite
Que vus algiez a curt, el puing l’espee treite,
1580 Car ja mais ne serreit la medlee desfaite.

317
Se vus alez einsi, l’espee traite, a curt,
Vostre hauberc vestu, en main vostre behurt,
Entre vus e le rei e ire e graigne en surt,
Ne ja mais n’iert qui pes entre vus dous aturt,
1585 Ne ja mais n’iert uns jurs saint’iglise n’en plurt.

318
Mult estes vers le rei enpeiriez e medlez.
S’ensi alez a curt, grant hunte li freez.
Vus querez la metlee, s’od armes i alez.
Vostre espee est reburse, ses branz est acerez ;
1590 S’il trait sur vus s’espee, sustenir nel purrez.

319
Metez jus vostre cruiz, faites vus desparer,
E faites vostre cruiz devant vus la porter.
En grant humilité devez a curt aler,
Que nuls ne vus en puisse reprendre ne blasmer.
1595 De pes en purra l’un vers le rei mielz parler. »

320
Mult respundi li bers humblement a cel’ure :
« Jo n’ai pas trait m’espee, ne jo ne li cur sure,
N’autrui ne baillerai la cruiz, qui k’i acure.
Pais quier ; ço peise mei que nuls la me demure,
1600 E mult serrai dolenz, se saint’iglise en plure.

321
Ne jo ne quier al rei ne mal ne deshonur.
N’a humme en tut le siecle qui plus desirt s’onur ;
E mult sui jo dolenz que jo ai sa haür.
E se s’espee trenche, la meie ad grant reidur ;
[50]
1605 E obeïr m’estuet al suverain seignur.

322
Or vus pri e comant tel conseil me doinsiez
Que jo ne seie a Deu ne al siecle avilliez.
– Sire, fait li uns d’els, car vus humilïez ;
Al rei en sa merci l’arcevesquié laissiez.
1610 N’avrez pes altrement, a seür en seiez.

323
– Mal conseil me dunez, fait il ; ja nel freai.
Or alez a la curt ; e jo m’aturnerai.
Al plus verai conseil, se Deu plaist, me prendrai. »
Dunc s’esteit desparé de l’aube senz delai.
1615 En chape e en surpliz remist ; car bien le sai.

324
A la rei curt ala, quant il i fu mandez.
Par desus le surpliz s’est de l’estole armez,
D’une chape a canoine par desus afublez ;
Car bien sot qu’il esteit al rei forment metlez.
1620 Sur sun cheval munta ; a Deu s’est comandez.

325
Mult reduta le rei e sun fier maltalent.
Del tut le cunut bien senz nul receilement,
Cumme cil qui l’aveit servi mult longement.
E sout bien que li reis le haï durement,
1625 E que mult poi amis ot a cel parlement.

326
Mult m’esmerveil pur quei li reis si le haï,
Se pur ço nun qu’il ot sun servise guerpi,
E sun conseil del tut, e de lui departi,
E qu’il s’osa drecier vers lui n’einsi n’einsi.
1630 N’ert pas tant gentils huem ; fieble erent si ami.

327
E pur ço que li reis l’aveit tant eshaucié,
E mustré li aveit einsi grant amistié
Qu’en tute rien li out sun conseil acointié,
Ainc ne trova li reis qui plus l’ait corecié.
1635 Grant desdeig li sembla qu’il l’aveit commencié.

328
Curuz de rei n’est pas gius de petit enfant.
Qu’il comence a haïr, seit pur poi u pur grant,
[51] Ja mais ne l’amera en trestut sun vivant.
Ço que reis volt est leis, ço dient li alquant ;
1640 As terrïens seignurs sunt tuit obeïsant.

329
Li huem Deu out guerpi le terrïen seignur
E se fu pris del tut a Deu, sun creatur,
Qui il voleit servir en fei e en amur.
Sout bien qu’il suffereit un mult pesant estur.
1645 Plus cremi de prisun que de perdre s’onur.

330
A la curt en ala sainz Thomas li bons prestre,
E prist les armes Deu, que seürs peüst estre.
La cruiz arcevesqual fist porter a sa destre,
E la reisne del frein tint en la main senestre.
1650 Fait out sun avocat de Jesu Crist, sun mestre.

331
Tut dreit devant la sale est a pié decenduz.
Laienz en est entrez ; sis chevals fu tenuz.
Asez i ad trové e joevenes e chanuz.
En sa main prist la cruiz, quant fu laienz venuz.
1655 En sa chambre ert li reis od ses plus privez druz.

332
Laienz entra Thomas od mult poi conpaignuns ;
Poi i mena des suens, si cum nus l’entenduns.
Le rei i ad trové od ses privez druguns,
Evesques e abez e cuntes e baruns.
1660 Tuz suls entra en champ, cumme bons champiuns.

333
Li evesque se sunt encontre lui drecié.
De la cruiz l’unt blasmé, qu’il porte, e chastïé :
Car le rei sun seignur en a mult avillié,
E vers lui en charra en grant enemistié.
1665 Or la bailt a un altre, ço li unt conseillié.

334
Robert de Herefort la li va demander :
Evesques est, ço dit ; bien li puet comander.
Li evesques de Lundres i ala dreit clamer :
Ses deiens est, ço dit ; par dreit la deit porter.
1670 Des mains la li voleit par vive force oster.

[52] 335
« Fous, fait il, tuz dis fustes, e estes e serrez,
Quant vus, l’espee traite, desur le rei venez.
S’il trait sur vus la sue, coment vus defendrez ?
Car grant hunte li faites, quant en sa curt entrez
1675 Cum en feu e en flambe, de vostre cruiz armez.

336
Mais metez jus la cruiz, un autre la livrez ;
Nostre seignur le rei en ire ne metez. »
Fet cil de Wirecestre : « Sire evesque, suffrez.
Laissiez ester sa cruiz ; car ne la baillerez.
1680 N’est trop buens a porter la cruiz que vus veez. »

337
Mult se sunt entremis de lui la cruiz tolir ;
Mais il ne la volt pas a nul d’els tuz guerpir,
A dous puinz tut adès li veïssez tenir.
Poi i out des evesques quil volsist sustenir,
1685 Mais Rogiers de Wircestre ne li voleit guenchir.

338
L’arcevesque Thomas tut avant s’en ala.
La cruiz arceveskal il meïsmes porta ;
Nul ne la volt baillier, car forment se duta.
Desur un banc s’asist, e a Deu s’apuia.
1690 En sa main tint la cruiz, en sun quer la porta.

339
En l’autre chambre avant sist li reis od ses druz,
U ses conseilz teneit od les mielz coneüz.
Devant lui n’esteit pas l’arcevesques venuz,
Car li reis ert vers lui en ire commeüz.
1695 Le jur unt tuz lur plaiz par amparliers tenuz.

340
Ire e malveis conseil unt le rei deceü,
Qui l’unt vers le saint humme isi fort commeü.
Li reis aveit ainceis sun estre coneü ;
Or quidout qu’il fust tels cum il l’out ainz veü.
1700 Trestut esteit changiez : sainz Espirz en lui fu.

341
Dunc l’i voleit li reis des clers faire plaidier.
Mais li barun li unt fait tut cel plait laissier :
Car se nul plait volsist vers les clers comencier,
[53] Les evesques verreit tuz ensemble alïer,
1705 N’einsi ne purreit pas l’arcevesque plaissier.

342
La u sist sur le banc, entre lui e le rei
Alouent li barun, dui e dui, trei e trei.
Del plus privé conseil li fu dit en requei
Sa mort ert aprestee, presist guarde de sei.
1710 E pluisur s’en esteient juré e pris par fei.

343
Je ne sai se li reis l’out fait apareillier
Qu’il volsist l’arcevesque faire ocire u lïer ;
Mais einsi li vint huem le jur sovent nuncier.
Puet cel estre li reis le voleit esmaier,
1715 Que il le peüst mielz par manaces plaissier.

344
Dunc ad fait devant sei venir li reis Henris
Les evesques ; sis ad forment a raisun mis,
E volt que il li tiengent ço qu’il li unt pramis,
Qu’il tendrunt les custumes e les leis del païs,
1720 E que li arcevesques n’en sera point eschis.

345
A l’arcevesque en vunt li evesque parler.
Dient que lur estuet les leis le rei guarder,
Quant par obedïence les lur fist graanter
Et in veritatis verbo parcunfermer.
1725 En nul sens ne s’en volent vers lui desleeler.

346
Lui meïsmes, ço dient, les estovra tenir,
Car il les graanta, ne s’en deit resortir ;
E serement en fist, ne s’en puet desmentir.
E li reis le volt ore e saveir e oïr
1730 Se de sa leauté volt envers lui guenchir.

347
Quanqu’il unt dit a bien sainz Thomas esculté.
Puis lur a respundu od grant humilité :
Deus est en lui, fait il, ki aime verité ;
Ne cil n’aime pas Deu qui n’aime lealté ;
1735 E Deus het tricherie e tut’iniquité.

348
« E les leis que vus dites a quei li reis s’alie,
[54] Ne sunt de leauté, ainz sunt de felunie,
Contre Deu e raisun, pur destruire clergie.
Ne jo nes tendrai pas pur rien qui seit en vie.
1740 Par sainte obedïence defent nes tiengiez mie.

349
N’est pas sages qui chiet, quant ne volt relever,
E mielz vient tost resurdre que trop i demurer.
E pur ço que la curt me volt si fort grever,
E vus, qui od raisun devriez od mei ester,
1745 Apel jo ; car ne voil contre raisun aler. »

350
Quant veit li arcevesques, prist sei a purpenser :
La curt a l’apostolie li estut apeler,
Saveir s’il se purreit par issi delivrer.
E vit tut entur li les evesques ester :
1750 Uns suls d’els pur le rei ne volt un mot tinter.

351
Or veit bien e entent qu’um vait sa mort querant,
E veit tuz les evesques entur li en estant.
« Seignurs, fait il, j’apel ; kar mestier en ai grant ;
Car ceste curz me vait mult durement grevant.
1755 – Sire, fait cil de Lundres, relaissiez mei de tant.

352
Sire, fait cil de Lundres, de tant me releissiez.
– Nel ferai, fait li il ; mais se jo sui tuchiez,
A vus tuz le comant la justice en faciez,
Que vus pur nule rien nului n’en esparniez. »
1760 Dunc fu cil de Wincestre durement esmaiez.

353
« Sire, fait il, pur Deu, car entendez a mei :
Rendez en sa merci l’arceveschié al rei.
N’avrez pes autrement ; tut clerement le vei. »
Il nel dist pur nul mal, mais en conseil de fei.
1765 Surdre i vit grant peril e mult mortal desrei.

354
« Nel ferai, fait li il ; divine dignité
Ne rendrai a lai humme en trestut mun eé ;
Car cuntre Deu sereit e contre leauté. »
[55] Fait dunc cil de Cicestre : « La meie volenté,
1770 Remaindrïez Thomas, senz ceste poesté. »

355
Quant li pluisur entendent q’um quist l’encombrement
De Thomas l’arcevesque, mult en furent dolent.
L’arcevesque Rogier apelent erramment
E l’evesque de Lundres, quil haï durement,
1775 E celui de Cicestre, qui ne l’ama neent :

356
« Seignurs, pur amur Deu, nel faites pas einsi.
S’un ocit l’arcevesque, vus en avrez le cri,
Car tuz li païs seit que vus l’avez haï.
Se vus nel delivrez, nus sumes mal bailli :
1780 Li reis e saint’iglise e nus iermes huni. »

357
Dunc alerent ensemble li evesque parler.
Conseillent sei coment le purrunt dilivrer ;
E dient qu’il irrunt al rei Henri parler
Que, s’il le vunt devant l’apostolie apeler,
1785 K’ensi le purrunt bien de sun sié deposer.

358
Al rei en vunt parler, si li crient merci.
« Sire, funt il, pur Deu, nel faites pas einsi.
Laissiez ester cel plait qu’avez ore acuilli ;
Kar vus en avrïez a tut dis mais mal cri,
1790 E nus en serium suspendu e huni.

359
Sire, funt il al rei, laissiez nus ent ovrer.
Bien savez qu’il nus ad fait vos leis confermer ;
E or nus volt refaire trestuz deslealer.
E d’iço l’irum ore tuit ensemble apeler ;
1795 Einsi le purrum bien de sun sié deposer. »

360
Dunc dist li reis Henris : « Einsi le vus otrei.
– Or nus leissiez, funt il ; nus en prendrum conrei ;
Car tut li abatrun, voil’u nun, le desrei. »
Li un i entendirent mal, e li autre fei.
1800 Dunc sunt venu a lui. Tuit erent en esfrei.
[56]

361
« Nus apelun, funt il ; car trop sumes grevé.
Car ço que nus eümes ainz al rei greanté,
E par obedïence l’eüstes comandé,
Or l’avez defendu. Pur tel deslealté,
1805 U vus nus volez metre, vus avuns apelé. »

362
Al rei Henri en unt cil del conseil parlé
E quant li reis oï qu’il aveit apelé
E qu’il alout del tut contre sa volenté,
Ne vus en sai mustrer sun quer ne sun pensé,
1810 Mais a cels del conseil ne l’a il pas celé.

363
« Sire, funt il idunc, ço vus estuet laissier.
Car s’a nostre conseil vus volez apuier,
L’arceveschié perdra ; tut le ferum plaissier.
Car vers vus nus volt faire parjurer e trichier,
1815 E devant l’apostolie l’en voldrum chalengier.

364
– Alez delivrement, fait il ; or en pensez. »
Dunc sunt venu a lui ; il les ad escultez.
« Sire, funt il a lui, quant si nus mesmenez,
Vus e nus vers le rei einsi deslealtez,
1820 Apelum nus ; car trop durement nus grevez. »

365
Par cel apel unt mult le rei aseüré
E mult a cele feiz de s’ire refrené.
Pur ço qu’or desdiseit ço qu’ainz ot graanté,
Quida, s’en la curt Deu l’en eüssent prové,
1825 Que pur ço deüst perdre e croce e dignité.

366
Li prelaz d’Evrewic, cil de Lundres, ço qui,
Conseil li unt duné priveement andui
Que, veant si grant gent, ne li fesist anui ;
Mais l’endemain le mant, quant n’i avra nului ;
1830 Priveement le mete senz noisse en sun estui.

367
Par ço s’est mult li reis de s’ire refrenez,
E desfaiz li malices qui dunc ert aprestez,
E lur mals engins fu a grant bien aturnez.
[57] Car que que li hum penst, fieble est sa poestez ;
1835 Deus abat les puissances e les feluns pensez.

368
Dunc enveia li reis a lui ses chevaliers :
Or volt que il li rende ses acuntes pleniers
De quanqu’ot en baillie, quant fu ses chanceliers,
De trente mile livres d’esterlins en deniers.
1840 Mais il ad respundu mult bel as messagiers :

369
« Seignur, fait il a els, tut senz en plait entrer,
Ne me deit pas mis sires acuntes demander.
Car tut cest grant aveir que ci vus oi numer,
En ses busoignes l’ai fait metre e aluer ;
1845 Si l’ad oï suvent mis sires acunter.

370
E quant jo fui a Lundres esliz e alevez
A ceste dignité, tuz fui quite clamez
Par sun comandement, si que bien le savez ;
E d’acuntes e d’el fui iloec delivrez.
1850 Pur ço ne voil rentrer en plait qui est finez. »

371
Quant il unt fait al rei ceste parole entendre,
D’ire devint vermeilz plus que carbuns sur cendre.
« Pur les oilz Deu, fait il, ne volt acunte rendre ?
E si est mis huem liges : jugement en voil prendre !
1855 – Sire, funt il, mais d’el, dunt mult plus volt mesprendre.

372
Quant il est vostre huem liges, il vus deit fei porter
E tenir en tuz lius vostre honur e guarder.
E quant vus volt tolir vostre curt e fauser,
E apele autre curt, de çol poëz grever,
1860 Car iluec vus volt il granment desonurer.

373
De cel poëz jugier, funt li dunc li barun.
– Alez al jugement, fait il, senz targeisun. »
Al jugement en vunt la maisnie Nerun.
Lur pere espirital jugent comme bricun
1865 Que li reis le presist e mesist en prisun.
[58]

374
L’arcevesque Rogiers d’icel conseil eissi.
Fait il a l’arcevesque : « Aiez de vus merci,
De nus tuz ensement ; car mal sumes bailli,
Se ne faites del tut le voil lu rei Henri. »
1870 Sainz Thomas li ad dit : « Satanas, fui d’ici. »

375
Quant li jugemenz fu e faiz e acordez
E devant le rei fu e diz e recordez,
Dous i ad enveiez li reis de ses privez :
Li cuens Reinalz i est de Cornewaille alez,
1875 E cil de Leïscestre, qui mult par ert senez.

376
Dreit devant l’arcevesque sunt andui aresté.
Li quens de Leïscestre aveit primes parlé :
« Sire, fait il, li reis vus ad par nus mandé
Qu’oiez ço qu’il vus unt jugié e acordé. »
1880 Dunc l’aveit li buens prestre fierement reguardé :

377
« N’i avra ui par mei jugement esculté,
Fait li buens arcevesques, car jo ai apelé.
– Coment, fait dunc li quens, puet estre desturné,
Quant vus li devez fei, humage e ligeé ?
1885 De lui tenez granz teres e granz fius en barné.

378
E quant en barunie de lui granz fius tenez,
Jugement en sa curt e dreit i sufferrez.
– Ne tieng, fait saint Thomas, de lui fius n’eritez
Ne rien en barunie ; mais tut est charitez
1890 E parmenable aumosne, tut ço dunt sui fieffez.

379
Ço qu’a saint’iglise unt si ancesur duné,
En parmenable almosne li unt tut graanté ;
Ainkes de barunie n’i out un mot suné.
Li reis l’a par sa chartre tut einsi confermé,
1895 Otrïé en almosne, en parmenableté.

380
E pur ço, fait lur il, de part Deu vus defent,
Par la cristïenté qui de nus vus apent,
Que de mei ne faciez ui mais nul jugement. »
[59] Li quens li respundi : « Sur tel defendement
1900 Ne m’en entremetrai ; tut quite vus en rent. »

381
Fait dunc li quens Roberz : « Dites dunc, quens Reinalt ;
Jo nen os mais parler, quant le defent si haut.
– Nel ferai, fait li quens, se Damnedeu me saut.
Ne me fu enchargié ; ja ne m’en ferai baut.
1905 Dites, se vus volez, car Reinalt vus en faut.

382
– Sire, fait quens Roberz, suffrez, pur saint Denis,
Que vostre respuns ait oï li reis Henris.
– Coment ? fait l’arcevesque Thomas ; sui jo dunc pris ?
– Ne l’estes, par saint Lazre, fait dunc li quens de pris.
1910 – E jo m’en vois a tant », respunt li Deu amis.

383
Dunc s’en revunt al rei cil dui riche vassal,
E li sainz arcevesques parti de sun estal.
Ingnelement eissi de la chambre real ;
N’en mena compaignun fors Deu l’espirital.
1915 En sa main destre tint la cruiz arceveschal.

384
E quant il s’en parti de la cambre le rei,
Justises e baruns, tels que numer ne dei,
L’escrïerent en haut, a hu e a desrei :
« Li traïtres s’en vait : veez lei, veez lei ! »
1920 Il s’en ala avant, ne dist ne ço ne quei.

385
Nis li quens Hamelins ne s’i volt taisir pas.
Quant il en vit aler l’arcevesque Thomas,
Mult l’aveit escrïé, e nel dist giens en bas :
« Cumme fel, fait li il, mal traïtres, t’en vas ! »
1925 Sil hua Hue Wac tant qu’il fu pres tut las.

386
A l’eissir de la chambre durement se hasta.
Quant vint enmi la sale, a leigne s’abuissa ;
Pur poi qu’il ne chaï. Idunches l’escria
Randuls del Broc, e dist : « Li traïtres s’en va. »
[60] 1930 Li sainz huem ne dist mot, mais avant s’en ala.

387
En la sale fu mult traïtres apelé.
De tutes parz i fu hautement escrïé ;
N’i eüst greignur cri, se fundist la cité.
Nis torgeluns d’estraim unt après lui geté.
1935 Ne volt a els plaidier ; ultre s’en est passé.

388
Ensi firent Giwiu, quant hum ot Deu jugié :
Vilment l’unt escrié, batu e coleié,
Enmi le vis li unt escopi e rachié.
De sun gré le suffri Deus pur l’umain pechié,
1940 E cist pur delivrer de vilté le clergié.

389
Li malvais qui quidierent le rei servir a gré,
E garçuns e putains, unt saint Thomas hué
E derochié de torges ; car Randul l’out rové.
Mais cil qui Deu cremirent e qui l’orent amé,
1945 En unt od grief suspir celeement pluré.

390
Dunc fu al rei nuncié cum hum le fist huer,
E que l’um le voleit e laidir e tuer :
Li reis sereit huniz s’um nel laissout ester.
Dunc comanda li reis e fist par ban crïer
1950 C’um laissast quitement lui e les suens aler.

391
Si tost cum li ber fu sur sun cheval sailluz,
Grant aleüre en est a la porte venuz.
Fermee la trova ; dunc fu mult esperduz.
Poür out qu’il ne fust e pris e retenuz.
1955 Mais Deus l’en ad jeté, qui fist pur li vertuz.

392
Li arcevesques out iluec sun esquier,
Un qui ot nun Trunchez ; dunc li ot grant mestier.
Les cles des portes vit luinz pendre a un ramier :
Erramment les saissi, ne s’i volt rien targier ;
1960 La porte desferma, n’i apela portier.

393
Ne volt ilueckes Deus l’arcevesque laissier.
De tant cles cum cil pout a dous mains enpuignier,
[61] A la dreite clef est asenez al premier.
Li portiers entendi a batre un pautenier ;
1965 E li bers s’en eissi, qui Deus aveit mult chier.

394
Li quens de Leïrcestre, qui si oï crïer,
Dist al rei cum l’um fist l’arcevesque escrïer ;
Grant hunte fu k’um fist si haut humme huer,
Nel devreit pas suffrir ; hum l’en voldreit blasmer.
1970 Dunc comanda li reis k’um le laissast ester.

395
Quant il fu descenduz, al mustier s’en alad.
S’il esteit de chanter none tens demandad.
Mais ultre none esteit : none e vespres chantad.
Car le servise Deu tempre u tart n’obliad ;
1975 Volentiers le servi. Guereduné li ad.

396
E quant il fu eissuz, après ço, del mustier,
Ses serganz apela, demanda a mangier.
Tuit s’en erent fuï e clerc e chevalier ;
N’en i trovast pas sis, s’il en eüst mestier,
1980 Kar la poür del rei les out fait desfuchier.

397
Dunc rova qu’um fesist les povres enz venir.
Les tables en fist l’um del refreitur emplir.
Jo crei qu’il pensa d’el que del ventre farsir ;
Nepurquant il manja assez, tut a leisir,
1985 E ad fait bel semblant pur les suens esbaudir.


Tools and References



Immanuel Bekker (1838). La vie St. Thomas le martir. pp. 33–.

Guernes (de Pont-Sainte-Maxence); Jacques Thomas (2002). La vie de Saint Thomas de Canterbury. Volume 1. Peeters. pp. 108–. ISBN 978-90-429-1188-8.

Guernes (de Pont-Sainte-Maxence); Jacques Thomas (2002). La vie de Saint Thomas de Canterbury. Volume 2. Peeters. ISBN 978-90-429-1202-1.

Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500)

Anglo-Norman Dictionary






No comments:

Post a Comment